Accueil > recherche > contributions > participation à des colloques / séminaires/ journées d’étude > Création d’un espace cinématographique et démocratique, "Montreuil, ville des (...)

Participation de didattica à la Journée-rencontres Interstices Culture et territoire organisée par le Laboratoire d’Innovation sociale

Création d’un espace cinématographique et démocratique, "Montreuil, ville des Rroms"

jeudi 2 juillet 2009, de 9h30 à 21h, Teinturerie de Plume - 3 rue Myrha - Paris 18°

jeudi 18 juin 2009, par Elise Macaire, Léa Longeot

Elise Macaire et Léa Longeot ont participé à l’organisation de la Journée-rencontres Interstices Culture et territoire et ont présenté le projet de création d’un espace cinématographique et démocratique "Montreuil, ville des Rroms" de didattica.

Millefeuille d’expériences, de la Goutte d’Or à Rio,
du rapport sensible et esthétique aux territoires
aux enjeux du développement culturel

Le Laboratoire d’Innovation Sociale par la Recherche-Action avec l’aimable accueil de la Teinturerie de Plume, les acteurs-chercheurs et personnes en intelligence coopérative du réseau espaces populaires de création culturelle, de la Goutte d’Or et d’autres territoires, sont heureux de vous inviter à la journée-rencontres Interstices.
http://labo.recherche-action.fr/interstice/

AVANT PROPOS


L’individu comme les territoires qu’il habite ou explore n’est pas unidimensionnel, c’est un millefeuille regroupant plusieurs couches de l’expérience : la pratique (espace social), la sensation (espace esthétique), la recherche (espace réflexif). Dans son parcours de vie et son parcours géographique, dans certains moments ou certains endroits, des couches passeront les unes devant les autres. Au-delà de la sectorisation professionnelle, le regard d’artistes, de chercheurs, d’acteurs se croise en chacun de nous et nous sommes invités le 2 juillet par ces rencontres à envisager autrement le territoire, dans la manière de le parcourir dans nos têtes et sous nos pieds. Entre le proche et le lointain, nous sommes traversés par des couches d’espaces que nous évoquions déjà dans une précédente journée « interstice »* : espaces interstitiels (propices à l’émergence de situations éphémères), espaces publics (lieu politique de la problématisation des enjeux), espaces intermédiaires (champ de l’expérience qui pousse du milieu), espaces fluidiques (flux de la connaissance de la culture numérique, mobilité entre local et global, centre et périphérie)… Nous poursuivons cette exploration d’écosystèmes à la découverte de nouvelles espèces d’espaces.

DÉROULÉ



9h30 -10h : Accueil


10h-13h LE RAPPORT SENSIBLE ET ESTHÉTIQUE AUX TERRITOIRES

- Cultiver l’interstice, une autre pratique de l’espace (présentation de la démarche),
- Écho musée Goutte d’Or, un regard sensible sur le territoire,
- Le Jeu exquis de l’attrape mots, petite exploration géo poétique d’un quartier,
- Favela da Maré, Rio de Janeiro, imprégnations réciproques des identités musicales et territoriales,
- Murmure ou la construction informelle d’une mémoire collective inscrite sur les murs

13h-15h30 REPAS, LIBRES EXPRESSIONS ET DÉAMBULATION
Propositions : Culture libre et gustative, déambulation digestive, visite du jardin partagé « Le Bois Dormoy »

15h30 - 18h30 LES ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT CULTUREL
Propositions :
- Culture participative et de proximité, l’enjeu des « petites structures culturelles de spectacle vivant »
- « Montreuil, ville des Rroms », création d’un espace cinématographique et démocratique,
- Brigade Recherche Intervention Culturelle, de l’usage des lieux par l’espace,
- « Quartier d’Arts », déambulation entre les lieux culturels du 18e arrondissement

18h30 - 21h DÉPLIAGE D’ESPACES À PARTIR DES MATÉRIAUX DE LA JOURNÉE suivi d’un apéro-buffet
Proposition : retour sur l’expérience, animé par les acteurs-chercheurs du réseau inter-régional « espaces populaires de création culturelle ».

PROPOSITIONS DÉTAILLÉES DES RENCONTRES


- CULTIVER L’INTERSTICE, UNE AUTRE PRATIQUE DE L’ESPACE
Hugues Bazin - Contact : bazin@recherche-action.fr
Introduction de la journée par une présentation d’expérimentations interstitielles. Entre territoire nomade et territoire racine, culture immatérielle et culture patrimoniale se loge l’interstice, croisement d’une expérience individuelle et collective, plus-value pour un développement personnel et social.

- ÉCHO MUSÉE GOUTTE D’OR, UN REGARD SENSIBLE SUR LE TERRITOIRE
Jean-Marc Bombeau - Contact : echomusee@yahoo.fr
Présentation visuelle. Écho musée Goutte d’Or ne se revendique pas comme un label sur des projets mais comme un type d’approche prenant en compte le sensible des relations entre les habitants et leur environnement. Les actions Écho sont choisies après sollicitation des, ou invitation aux, porteurs de projets en vue d’une mise en réseau - Référencement répertorié dans un catalogue de compétences, d’approches et d’éléments visualisables - La démarche étant de restituer ce type d’actions et de donner une image au concept Écho en fédérant les initiatives créatrices des acteurs de terrain.

- LE JEU EXQUIS DE L’ATTRAPE MOTS. PETITE EXPLORATION GÉO POÉTIQUE D’UN QUARTIER
Alessandro Nasi & Jean-Marc Bombeau - Contacts : alessnasi@gmail.com & echomusee@yahoo.fr
Interroger l’espace symbolique pour créer une histoire structurée comme un cadavre exquis. Redessiner tous les lieux où tous errent, faisant chanter la musique des rencontres et des mots. Imaginer les rires dont ils furent les reflets, extraire le jus de murs qui transpirent des échos lointains. Lieux dont nous sommes les dépositaires, de fragments, de fugacités, de longs vécus. Nous avons envie d’y graver images, chimères, légendes, mots perdus, langue vivante. Démons, démos, des mots…. Ceci comme un support pour créer de nouveaux contes urbains, un mode d’expression, une écriture collective. Un rite né du bon gré de notre inspiration sans réserve. Un interstice d’expression dans nos obligations du formel. Écriture, verbe, image, slam, hip hop, poésie. Un espace toujours vierge. Tout vous sera dévoilé le 2 Juillet.

- FAVELA DA MARÉ, RIO DE JANEIRO, IMPRÉGNATIONS RÉCIPROQUES DES IDENTITÉS MUSICALES ET TERRITORIALES
Laura Jouve-Villard – Contact : jvlaura@gmail.com
Comment une pratique culturelle peut-elle être amenée à s’imprimer sur un territoire jusqu’à en devenir son attribut qualificatif ? Comment promouvoir un regard critique sur l’identité de sa ville ou de son quartier, s’en saisir et, par la pratique, jouer des frontières de sa représentation ?
Le projet mené par le laboratoire d’ethnomusicologie de l’université fédérale de Rio de Janeiro dans la favela da Maré implique depuis 2004 des étudiants de l’université, une ONG et un groupe de vingt habitants de la Maré, réunis autour d’une même problématique : quel est le rôle des pratiques musicales pour la construction de la sociabilité entre les différentes communautés, la définition et la négociation des identités particulières et de ce qui les sépare ?
Au terme des cinq premières années de cette recherche participative, les impacts sont notables tant pour les habitants participants que pour les chercheurs malgré les difficultés à instaurer un travail interdisciplinaire dans la durée.

- MURMURE OU LA CONSTRUCTION INFORMELLE D’UNE MÉMOIRE COLLECTIVE INSCRITE SUR LES MURS
Nicolas Fasseur - Contact : fasseurnicolas@yahoo.fr
Projection du film : « Notre histoire est inscrite sur les murs ». Parcourir son quartier, là où l’on habite pour s’arrêter un instant devant des traces d’un passé bien invisible dans le tumulte de la vie quotidienne. Vivre cet instant pour appréhender et comprendre un peu mieux ce que ces traces veulent nous signifier. Ces flâneries ou ces déambulations ne sont pas un cours d’Histoire en soi, elles sont, par son approche intergénérationnelle, un lieu de construction informelle d’une mémoire collective voire d’une culture partagée ancrée dans un territoire. Ceci étant le but des ateliers de productions d’histoires de vie collectives.

- BALADE AU BOIS DORMOY, VISITE D’UN JARDIN PARTAGÉ
Philippe Ferin - Contact : pferin@wanadoo.fr
Après le repas, possibilité d’une déambulation culturelle et digestive, espaces - rencontres avec le jardin partagé du « Bois Dormoy ». Si vous voulez savoir comment serait la ville si on y laisser la nature reprendre son droit, venez au Bois Dormoy. Un jour, des habitants riverains se sont dits pourquoi pas ? On y va ! Ça fait un an maintenant qu’on a débroussaillé, dégagé de beaux arbres, ramassé des pipes à crack et toutes sortes de trucs… Disons urbains.
Ah ! Bien sûr, Il y a un jardin partagé. C’est « la crise » quand même, on peut tout prévoir… On y a planté de l’espoir, des pensées, des patates des carottes et des navets. On y est tous les dimanches de 17h au coucher du soleil et les mercredis de 19h à pareil. Et oui ! On a pas l’électricité…
Ah ! J’oubliais, on y construit un Château, un théâtre et une cabane pour les jours où il pleut trop fort. Alors, vous voyez… On a pas fini… D’ailleurs si ça vous dit de venir participer…
Entrée 2 bis cité de La Chapelle (m° La Chapelle, remonter la rue Marx Dormoy au numéro 41, à gauche)

- CULTURE PARTICIPATIVE ET DE PROXIMITÉ, L’ENJEU DES « PETITES STRUCTURES CULTURELLES »
Sandrine Percheval – Contact : sandrine.percheval@gmail.com
Témoignage sur la rencontre entre un parcours professionnel dans le spectacle vivant et une réflexion personnelle en lien avec un projet de thèse.
Les très petites structures culturelles, porteuses de projets novateurs, tendent de plus en plus à penser leurs actions artistiques et leur développement en s’inspirant d’expériences vécues dans d’autres champs que le leur. La détermination et la revendication de leur singularité les ont amenées à se rapprocher de mouvements économiques et politiques alternatifs. Dans ce contexte, peut-on, aujourd’hui, parler de culture participative et de proximité bénéficiant à la société civile dans son entier ? D’autre part, quels sont les processus de mutualisation de moyens mais aussi de compétences, dans un échange de savoirs et de savoir-faire ?

- « MONTREUIL, VILLE DES RROMS », CRÉATION D’UN ESPACE CINÉMATOGRAPHIQUE ET DÉMOCRATIQUE
Rencontre entre un territoire et un projet culturel, scientifique et politique
Léa Longeot et Elise Macaire - Contact : didattica.asso@gmail.com
Depuis 2005, l’association Didattica de l’école d’architecture de Paris La Villette, travaille sur le territoire de Montreuil à l’organisation de coopérations associatives et institutionnelles, dans l’objectif de contribuer et soutenir le mouvement culturel d’émancipation des Rroms, en tant que partie prenante de la société minorisée.

- BRIGADE RECHERCHE INTERVENTION CULTURELLE (B.R.I.C.), DE L’USAGE DES LIEUX PAR L’ESPACE
Fabien Gourrat & Jean-Marc N’Guyen - Contact : briculture@gmail.com
Témoignage d’expérience sur la problématique des lieux dits “indépendants”, “interstitiels”, d’initiatives citoyennes, ces expériences sociales & artistiques de/pour la ville. Avec un support vidéo, nous échangerons sur les travaux de terrain et le mode d’intervention que nous tentons de mettre en œuvre. De quoi ces initiatives citoyennes sont-elles porteuses ? À quoi se heurtent-elles ?
Quels peuvent être les leviers et modes d’intervention ? Comment l’espace introduit par la caméra permet le croisement des regards et des paroles ?

- « QUARTIER D’ARTS », DÉAMBULATION ENTRE LES LIEUX CULTURELS DU 18E ARRONDISSEMENT
Philipe Dubois – Contact : la-teinturerie-de-plumes@wanadoo.fr
Présentation du projet qui se réalisera les 19 et 20 septembre 2009. Des lieux culturels et artistiques du 18ème ont décidé de se réunir afin de provoquer un mouvement de synergie transversal et réaffirmer la nécessité de renforcer et pérenniser la mise en « espace commun » d’une pratique pluriculturelle toujours trop fragmentée voir ghettoïsée. En a découlé la volonté de développer des outils accessibles à tous afin de :
• Rendre l’accès à la culture plus aisé au plus grand nombre.
• Révéler les « passerelles » entre les lieux et le public.
• Renforcer les réseaux culturels existants.
Ce premier événement « Quartier d’Arts », forme de déambulation anecdotique, culturelle, historique, nous propose au long de « 4 parcours » de découvrir les 15 lieux participants ainsi que les performances artistiques mises en œuvre pour cette manifestation. L’accès à ce projet et aux lieux est libre et gratuit.
Ce premier projet de découverte est destiné à se reconduire afin d’entraîner avec lui d’autres lieux et d’autres publics. Les structures qui participent : Atla, la Bibliothèque Clignancourt, la Bibliothèque Goutte d’Or, Le Centre d’Animation Binet, le Centre Fleury Goutte d’Or – Barbara, Le Chapiteau d’Adrienne, l’Espace Canopy, Le Living B’Art, Le Petit Ney, L’Institut des Cultures de l’Islam, le Théâtre de la Reine Blanche, le Théâtre de l’Étoile du Nord, le Théâtre « Le Grand Parquet », La Teinturerie de Plumes, le Théâtre de la Ville – Les Abesses.

- DÉPLIAGE D’ESPACES
En fin d’après-midi, proposition aux participants qui souhaitent continuer ce processus interstice de déplier les espaces explorés durant la journée : retour sur l’expérience, animé par les acteurs-chercheurs du réseau inter-régional « espaces populaires de création culturelle ».

programme.pdf
D I D A T T I C A | Copyright © 2002-2017 | Tous droits réservés | Nous contacter
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception du site : Teddy Payet