Accueil > action > Rroms et Occitanie en France > création cinématographique à Montreuil > atelier film > Séance 11 - phase d’analyse filmique

à l’Institut Universitaire de Technologie (l’IUT) de Montreuil

Séance 11 - phase d’analyse filmique

3 juin 2009 à 17h

mercredi 3 juin 2009, par Lone Nielsen

11e séance : réflexion sur les conditions différentes des femmes et des hommes rroms dans la migration. La volonté de monter des projets citoyens avec les Rroms.

Seulement Léa, animatrice de l’atelier Film, et Lone, stagiaire de didattica, étaient présentes. Ainsi, la séance était l’occasion de parler du blog de l’atelier et des récits et fiches hebdomadaires. Nous avons discuté des illustrations du blog. Aussi, nous avons continué l’échange sur les thèmes qui avaient été abordés à la séance précédente comme l’interaction dans le groupe et les rapports de sexe dans les migrations en particulier familiales ce qui est le cas de la grande majorité des Rroms roumains venus récemment en France. Même si les Rromnis sont empêchées d’être présentes à chaque séance, le groupe se constitue petit à petit notamment autour d’autres lieux d’échanges tels que les réunions de l’association en construction « Place des Rroms », dans lesquels par exemple est transmis le déroulement de l’atelier. Des évènements citoyens auront bientôt lieu à Montreuil : le Festival des Murs à Pêches et la Fête de la ville de Montreuil. Léa a proposé à « Place des Rroms » de s’emparer de ces occasions pour aller à la rencontre d’autres Montreuillois avec des Rroms. Elle a exprimé sa volonté de monter des projets avec les Rroms plutôt que pour les Rroms (comme le font souvent les associations humanitaires). Ce serait l’occasion pour nos amis rroms de contribuer à ces évènements au même titre que les autres citoyens montreuillois et de faciliter le contact avec les Montreuillois non-rroms. Un autre aspect a été ajouté au thème de la condition féminine des Rromnis : même si la migration leur rajoute du travail, parce qu’elles doivent s’occuper non seulement de la maison mais aussi de l’apport économique à la famille (avec l’activité de la manche), elles se débrouillent souvent mieux que les hommes. Cette situation peut mener à beaucoup de frustrations du côté des hommes. Cet exemple illustre qu’avec une approche féministe, on peut aussi s’intéresser aux conditions des hommes. Pour les hommes aussi, leur genre leur pose des possibilités et des limites.

Documents joints

D I D A T T I C A | Copyright © 2002-2017 | Tous droits réservés | Nous contacter
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception du site : Teddy Payet