Accueil > action > porteurs d’un projet urbain à Aubervilliers > Film en ateliers > Atelier cinéma > Choisir des plans de cinéma

atelier cinéma à la Maison des jeunes Serge Christoux (OMJA)

Choisir des plans de cinéma

SÉANCE 2 / ATELIER DANSE - Vendredi 24 janvier 2014

samedi 27 septembre 2014, par Antonia Lair, Léa Longeot

Rose, Emilie, Salimata, Métassana et Léa sont présentes aujourd’hui.

Aminata introduit la séance. Elle demande aux filles d’être attentives. Léa Longeot, qui avait animé seule la première séance, est aujourd’hui accompagnée de Felice et Antonia. Elle présente Antonia : « Elle est là pour tout noter et pour garder une mémoire de l’atelier. » A son tour, Felice se présente et explique brièvement le travail de cinéma qui est proposé en faisant un parallèle entre le travail du cinéaste et celui que font les filles avec Aminata. Il les questionne : « Quand vous préparez un spectacle vous faites tout d’un coup ? ». Rose répond : « Non, morceaux par morceaux. On part du pas de danse. » Il enchaîne : « C’est exactement comme cela que l’on fait en cinéma. On travaille des morceaux que l’on va assembler ensuite. ».

Deux exercices vont rythmer la séance. Felice explique : en se basant sur la chorégraphie qu’elles ont faite et que Léa a filmé la semaine dernière, les filles doivent se répartir en deux groupes et choisir un pas de danse pour ensuite filmer une séquence. Emilie intervient : « Ah c’est nous qui filmons ? C’est cool. »


L’autre exercice consiste à faire une interview d’Aminata. Il faudra préparer des questions, et ensuite le filmer avec tout le matériel, micro etc.
Aminata reprend ce qu’a dit Felice pour s’assurer que les filles ont bien compris. Elle répartit les filles en deux groupes : Rose avec Métassana et Emilie avec Léa et Salimata. Pour choisir les pas, Felice projette la vidéo de la chorégraphie filmée la semaine précédente. De se voir à l’écran ne les laisse pas indifférentes. Elles sont à la fois amusées et satisfaites. On sent même un peu de fierté chez elles.

Léa : « Le morceau que vous allez choisir, c’est quelque chose qui vous plait et on va travailler sur le message de ce morceau. »
Aminata demande des précisions : « Est ce que tu veux que les filles choisissent chacune un morceau ? ». Léa lui répond : « Non c’est un morceau par groupe ».
Aminata : « De préférence un morceau où elles sont ensemble ? Parce que Rose me dit qu’elle veut choisir la partie où elle est toute seule. » Felice répond : « Ecoute Rose, quand tu es toute seule, tu fais une improvisation, mais il faut choisir un pas que vous avez appris avec Aminata. » Léa : « Mais en même temps, elle a pu le faire car Aminata lui a appris. » Felice : « Alors ça marche aussi ».

Felice relance la projection de la vidéo pour un deuxième visionnage.

Léa : « Quand on vous dit de choisir un bout de chorégraphie, c’est que chaque pas dit quelque chose de différent. On aimerait que vous en choisissiez un seul. C’est juste un exercice. A vous de choisir. »

Les filles discutent entre elles. Pas d’hésitation, elles savent quel pas elles veulent filmer. Léa leur demande d’être précises sur le pas, le mouvement. Pas de soucis, elles maîtrisent bien leur chorégraphie et ont déjà en tête leur pas préféré.

Aminata est très impliquée, elle aide les filles dans leurs choix.

Le choix fait, Felice présente la caméra qu’il a apportée. Il commence à donner des notions de plans. Léa distribue une feuille décrivant les différents plans de cinéma de manière illustrée. Il s’agit de choisir les plans les plus adaptés pour filmer des pas de danse.
Felice : « Il faut choisir trois plans pour filmer la séquence. »
Rose : « Lequel est le mieux ? »
Léa : « il n’y en a pas de mieux, il y en a qui présentent d’abord le personnage ou d’abord l’action. ».

Chaque groupe commence à réfléchir sur les plans. Aminata les conseille, groupe par groupe. Elle compare les plans aux plans des clips de musique que les filles connaissent. Plongé, contre-plongée, gros plan, plan rapproché, plan poitrine… Certaines ont déjà une idée, elles l’expliquent aux autres : « Quand elles seront en train de faire cela, on fait un plan poitrine… ». Car Léa a insisté sur le fait que c’est une décision de groupe. Il faut donc justifier ses choix personnels à sa partenaire de groupe et en discuter pour pouvoir décider.

Il faut maintenant définir l’ordre des plans. Léa : « Ca ne raconte pas la même histoire. Quand tu commences par le visage, tu annonces au spectateur, regardez bien, c’est un personnage de cinéma, et après on va vous montrer ce qu’il est en train de faire. Alors que si tu commences par un plan en plongée, ton récit commence par l’action. Là, il commence par l’identité du personnage. »

Felice installe la caméra et le pied. Les filles sont plutôt agitées. Il explique comment un tournage se déroule : « Quand on tourne, on fait 1, 2, 3, clap, on met le doigt sur Rec., action ! Et silence. »

C’est Rose qui commence à danser et l’autre groupe la filme, chacune un plan différent. Salimata commence à filmer un gros plan, Felice l’aide à régler la caméra et à définir le cadrage. Pendant ce temps, Rose et Léa indiquent à Léa Longeot le moment où commence le pas sur la musique. Tout est prêt, action : silence ! Léa lance la musique, Salimata la caméra.

C’est dans la boite, Emilie filme ensuite le deuxième plan, un plan moyen. Pendant la mise en place, Aminata corrige Rose sur la danse car elle est partie du mauvais côté.

On continue, Léa film le troisième pas : en plan plongé. Felice la guide dans l’utilisation de la caméra et dans la définition du cadrage.

Tout est prêt. Léa lance la musique, et c’est parti ! Rose a commencé trop tôt sur la musique, On refait la prise.

Il ne reste que 20 minutes. Tout le monde est pris dans l’action, on avance vite. Le premier groupe a fini, le deuxième se prépare à danser, Rose filme Emilie, Léa et Salimata qui dansent.

Chacune se met en place, ça va vite, tout le monde a envie que ça avance et de pouvoir finir au moins le premier exercice. Rose filme trois plans : plan poitrine, plan demi ensemble ou moyen, puis contre plongée.

Une fois le tournage terminé, Felice demande aux filles de se souvenir des plans utilisés : « C’est la base du cinéma. C’est comme les mots, si tu n’as pas de vocabulaire, tu ne peux pas parler. Les plans, c’est le vocabulaire du cinéma. ».
Après un rapide montage de Felice sur l’ordinateur, on visionne les plans mis bout à bout sur la musique.

Comment peut-on améliorer les deux séquences, les plans sont ils bien adaptés ? Y a-t-il des problèmes de filmage ?

La fatigue se fait ressentir, les filles sont moins concentrées. Felice lance la conversation autour des plans pour analyser ce qu’elles viennent de faire. On regarde à nouveau plan par plan les images filmées. Salimata intervient : « Sur le gros plan, on ne voit pas très bien la tête ». Les filles se familiarisent avec les noms des différents plans, avec le langage du cinéma.
Felice : « Quel est le meilleur plan pour filmer la danse ? », Emilie répond, « Le plan moyen parce que l’on voit tout le corps. De la tête au pied. ».

Il ne reste plus de temps pour faire l’interview, maintenant les filles répètent avec Aminata, il ne faut pas oublier qu’elles ont un spectacle à préparer.

D I D A T T I C A | Copyright © 2002-2017 | Tous droits réservés | Nous contacter
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception du site : Teddy Payet