Accueil > action > porteurs d’un projet urbain à Aubervilliers > Film en ateliers > Atelier d’arts visuels > Décor et images d’émotions

Atelier d’arts visuels à la médiathèque

Décor et images d’émotions

Séance 8 – samedi 30 novembre 2013

jeudi 24 avril 2014, par Antonia Lair, Léa Longeot

L’objectif de la séance d’aujourd’hui est de compléter les grands dessins d’espaces du récit, débutés à la 6e séance. Il s’agit de dessiner des éléments de décors et de photographier des expressions d’émotions afin de les intégrer aux grands dessins, à la séance suivante.

Les photographies de mises en scène dans le quartier, prises la semaine dernière par les filles, sont accrochées sur les étagères de la bibliothèque. Elles sont accompagnées d’iconographies représentant des outils.

Diaba informe les membres de l’atelier : « Ce matin, on a vu Michel, il était dans sa voiture ». Stella enchaîne : « Aujourd’hui, on va travailler à partir des photos prises la semaine dernière ».

Les filles regardent les photos affichées.
Stella continue la présentation du programme de la séance d’atelier : « On va dessiner un élément du décor repéré sur les photos : poteaux, barrières, outils, pneus… sur le carnet de bord. ». Ceci permettra de préparer le montage photos/dessins des différentes scènes, qui débutera à la séance prochaine.

Elle relit le début de l’histoire et demande à Diaba de distribuer les carnets.

Pour commencer, il s’agit d’abord d’énumérer les éléments qui constituent le décor et d’écrire la liste sur le carnet. Les filles écrivent doucement en s’aidant du dictionnaire. Sétou demande à sa voisine Diaba qui est plus à l’aise avec l’orthographe. Stella et Horia les aident également.

Un rapide tour de table détermine ensuite qui dessine quoi. Aïcha représentera un escalier, Hawa une clef à molette, une poubelle, un pneu, Sétou une clef à écrous et Diaba un plot de chantier.

Elles sont très appliquées, regardent et s’inspirent des images et livres que Stella a mis à disposition.




Les cadres en papier noir, déjà utilisés lors d’une séance passée, sont repris pour faire le choix des détails.

Deux types de stylos noirs avec différentes épaisseurs sont nécessaires pour réaliser les dessins.

Les filles ne s’arrêtent plus, ce n’est plus un seul outil mais toute une série qu’elles reproduisent consciencieusement sur leur carnet. Elles découvrent leur capacité à représenter précisément les objets ou détail du décor et semblent y prendre beaucoup de plaisir.

C’est le moment de la pause, les dessins sont finis. Stella présente la suite de la séance : « Maintenant on va prendre des photos d’émotions ». L’équipe sort de la bibliothèque et se dirige devant le mur orange de la PMI afin de prendre en photo des expressions corporelles et des visages pour enrichir le futur montage photos/dessins.

Pour la première scène, celle du cache-cache, Aïcha et Hawa photographient leurs camarades Sétou, Diaba et Sephora qui prennent la pose.

Stella les aide à se mettre en condition : « Quand vous êtes cachées, vous entendez le bruit de Michel, vous avez peur » .

Les filles échangent les rôles. Stella continue : « Prenez une autre pose, avec des grands mouvements, comme si vous courrez. »

Ça va vite, les filles sont très concentrées.
Stella propose ensuite le même exercice mais cette fois en portrait individuel. Les filles passent l’une après l’autre devant l’objectif. Cette fois c’est Stella qui prend les photos. Elles semblent prendre beaucoup de plaisir à rentrer dans la peau des personnages. Elles sont actrices de leur histoire.

De retour à la bibliothèque, il s’agit maintenant de commencer le montage visuel de leur histoire. Stella demande aux filles de coller les personnages sur les décors qu’elles ont dessinés lors de la séance d’atelier précédente. La composition visuelle prend forme !

D I D A T T I C A | Copyright © 2002-2017 | Tous droits réservés | Nous contacter
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception du site : Teddy Payet